Press "Enter" to skip to content

★ Comment la science économique neutralise l’influence de l’idéologie

Les interactions entre l’idéologie d’un chercheur et ses résultats de recherche ne sont pas à prendre à la légère, tant l’idéologie peut altérer les résultats de recherche. Comment la science économique s’y prend-t-elle pour neutraliser l’influence de l’idéologie ?

L’influence de l’idéologie sur la science est un enjeu important

À écouter certains “critiques” de la science économique, celle-ci serait une vaste entreprise néo/ultra/libérale – choisissez votre préfixe préféré. L’argument repose sur une telle méconnaissance de la discipline qu’il n’est guère utile de lui consacrer trop d’attention – en tout cas, pour l’instant.

Cela dit, ça n’est pas parce que la science économique n’est pas la caricature qui en est parfois faite que la question de l’idéologie ne doit pas être traitée sérieusement.

Contrairement à d’autres entreprises intellectuelles comme la politique ou la théologie, la démarche de la science a pour but de construire les explications les plus “objectives” possibles sur le fonctionnement de notre monde – naturel comme social. Il est donc important de s’assurer que l’idéologie politique des chercheurs n’influencent pas la teneur de leurs résultats scientifiques. Une recherche scientifique “idéologiquement orientée” me semble être une contradiction totale du principe même de la recherche scientifique.

Vulgariser les travaux des chercheurs qui essaient de tendre dans cette direction est l’objectif du Signal Économie. Je définis le fait d’être partisan de la façon suivante :

Être capable d’inférer, à partir des résultats de recherche d’un chercheur ou des travaux de vulgarisation d’un vulgarisateur, son idéologie politique.

Cette définition n’étant pas parfaite, n’hésitez pas à la discuter dans les commentaires de cet article ou sur le forum si vous avez des pistes pour l’améliorer.

Il convient de noter que l’idéologie n’est pas nécessairement un problème : un chercheur peut décider de mener des recherches sur une question du fait de considérations idéologiques sans que cela n’altère ses résultats. Le problème n’est pas que les chercheurs ont (ou auraient) une idéologie – après tout, ce sont des humains, et comme tout le monde ils ont des valeurs et convictions. Le problème est lorsque l’idéologie influence les résultats de recherche.

Prenons l’exemple de deux chercheurs qui veulent en finir avec le haut niveau de chômage français. L’un est d’extrême-gauche, l’autre est d’extrême-droite. Le fait qu’ils aient envie de proposer des solutions à ce problème, et donc de faire des recherches pour en trouver, ne pose pas de problème particulier. Par contre, si le chercheur d’extrême-gauche ne fait que proposer des solutions qui impliquent la mise en cause des “capitalistes”, et si le chercheur d’extrême-droite ne fait que proposer des solutions qui impliquent la mise en cause des “immigrés”, là c’est problématique. Car dans les deux cas, ils n’apportent pas la preuve de l’efficacité de leur solution ; ils ne font qu’utiliser leur position scientifique pour légitimer un point de vue politique, alors que l’essence même du travail d’un chercheur consiste à faire le maximum pour s’en extraire1Je ferai un article sur les rapports entre politique et science économique. Mais c’est une question complexe, qui mérite qu’on prenne le temps de la traiter avec attention..

Il n’existe pas une manière unique de réguler l’influence de l’idéologie sur les travaux de recherche. Les économistes me paraissent se singulariser par rapport à d’autres sciences humaines et sociales, avec une approche très dure contre les chercheurs tentés par une réflexion idéologique. Dans cet article, je vous propose un panorama des régulations contre l’idéologie utilisées en science économique.

Pour lire la suite de cet article, merci de vous abonner ou de vous connecter si vous êtes déjà abonné·e.
À partir de 1€99/mois →
Olivier Simard-Casanova
Bonjour, c'est Olivier du Signal Économie. L'économie vous intéresse ? Ne manquez pas les prochains articles du Signal Économie grâce à la newsletter !