Press "Enter" to skip to content

★ Plus d’étudiants et moins de moyens : la difficile équation de l’université française

Qui a déjà fréquenté l’université française, que ce soit comme étudiant.e ou en y ayant travaillé, sait que les conditions d’enseignement et de travail y sont, disons, délicates… Et ça ne va pas en s’arrangeant.

Entre 2012 et 2016, le nombre d’inscrits a augmenté de 160.000 étudiants (voir l’article en bas de page), soit quasiment +11%.


Les abonnés ont accès à des graphiques interactifs.

Sur la même période, d’après Thomas Piketty le budget total alloué à l’enseignement supérieur (qui comprend les universités, mais pas seulement) a augmenté d’un peu plus de 3% ; si l’on neutralise l’effet de l’inflation (en prenant les prix de 2018 comme référence1Bien que l’article de Piketty ait été publié fin 2017, le recours aux prix de 2018 est très certainement justifié par le fait que son article discutait le budget de 2018. Il a donc dû faire une hypothèse sur ce que seront les prix de 2018. Toutefois, les prix étant stables dans la zone euro c’est une hypothèse qui ne me choque pas – même si personnellement, je me serais contenté des derniers chiffres d’inflation connus.), on arrive même à une… baisse de quasiment -1%.

Pour lire la suite de cet article, merci de vous abonner ou de vous connecter si vous êtes déjà abonné·e.
À partir de 1€99/mois →

Comments are closed.

Olivier Simard-Casanova
Bonjour, c'est Olivier du Signal Économie. L'économie vous intéresse ? Ne manquez pas les prochains articles du Signal Économie grâce à la newsletter !